Derniers sujets
» REMPLACEMENT
Lun 6 Oct 2014 - 21:38 par kinou

» Numerus clausus 2014
Mar 30 Sep 2014 - 12:22 par le parrain

» logement Garges les Gonesse
Mer 27 Aoû 2014 - 12:37 par elpacogrande

» Vente matériel
Mer 20 Aoû 2014 - 17:07 par poken

» Verdict du procès du 16 mai 2014 SPTIS C/ HYGECO
Sam 2 Aoû 2014 - 21:06 par Hadrien

» RECHERCHE STAGIAIRE
Mar 15 Juil 2014 - 13:11 par Axellealex

» Recherche maître de stage
Mar 15 Juil 2014 - 13:07 par Axellealex

» PROPOSITION D EMPLOI
Lun 30 Juin 2014 - 20:06 par Hadrien

» Venez signer la pétition !!!
Mar 6 Mai 2014 - 13:26 par TAT

» Un poste intéressant à pourvoir à Porto Vecchio
Ven 2 Mai 2014 - 15:15 par le parrain

Horloge



Information



Qu'est-ce que la Thanatopraxie ? Comment devenir Thanatopracteur ? Quel est le niveau d'étude recommandé avant d'entamer une formation en thanatopraxie ? Quels sont les centres de formation en France ou à l'étranger ? Quelle est la différence entre l'embaumement et la Thanatopraxie ? Y a-t'il des postes de Thanatopracteur à pourvoir ?

Tant de questions auxquelles vous trouverez des réponses sur ce forum. Cependant, nous vous conseillons tout d'abord, et après une courte présentation de vous-même dans la partie réservée à cet effet, une recherche soigneuse parmi les différents sujets existants. Les réponses s'y trouvent souvent (voire toujours ?), et si par hasard vous ne le trouviez pas, alors posez vos questions sans hésiter ! Attention : S'il vous plaît, veillez quelque peu à l'orthographe et évitez à tout prix le langage "sms".

Un art, une technique : La Thanatopraxie, autrement qualifiée d'embaumement moderne parce qu'elle a su bénéficier de divers progrès scientifiques, techniques et pourquoi pas psychologiques (connaissance du processus de deuil), constitue une somme de savoirs et de techniques spécialisée dans le domaine funéraire qui, par suspension momentanée ou définitive de l'activité thanatomorphique ainsi que par l'application de canons esthétiques, s'exprime dans le conditionnement du temps de l'adieu, du décès jusqu'aux obsèques, afin de conduire les survivants vers le rituel funéraire. (Travail de deuil)

Bienvenue dans le monde de la thanatopraxie !

L'équipe de Thanatopraxie Art et Technique.


--------------------------------
DEMANDE D’ACCES
Bonjour à tous !

Certaines parties du forum sont soumises à une autorisation spéciale. L'accès au zones restreintes est réservé aux Thanatopracteurs et aux étudiants inscrits (inscription effective) en centre de formation.

Veuillez renseigner les informations ci-dessous lors de votre demande, merci.

-Pseudo
-Noms et prénoms
-Coordonnées complètes
-N° d'habilitation
-Centre de formation
-Date d'obtention du Diplôme National
-Avez-vous une adresse "MSN" afin de converser éventuellement en "direct live" ? ;-)

En renvoyant les informations demandées, vous reconnaissez accepter la décision de l'équipe de modération, quelle qu'en soit la réponse, sans justifications.

-- Cordialement.

L'équipe de « Thanatopraxie Art et Technique ».

-------------------------

De l'incorruptibilité de certains corps.
Les odeurs de sainteté.


L'hagiographie est profuse en relations merveilleuses de ce genre, tandis que les relations contemporaines sont infiniment plus rares.
Aujourd'hui, des amalgames douteux et interprétations diverse ont contribué à inclure ces phénomènes dans des rubriques relevant des mystères médiatiques ou élucubrations romancées.

Dans le langage courant, et de manière figurée, être en odeur de sainteté, est synonyme d'être en bonne disposition auprès de telle personne influente bien disposée à votre égard.

Ces odeurs se perçoivent généralement après la mort et elles imprègnent alors le corps. Elles persistent et diffusent parfois autour du lieu de sépulture, souvent avec une intensité surprenante.

Rémanentes, elles imprègnent même personnages et objets qui ont fréquenté ces lieux.

On observe des odeurs analogues sur les personnages en question durant leur vie, dans un certain nombre de relations.
De même, on mentionne chez certains d'entre eux, au cours de leur maladie, ou de leurs derniers instants, une exacerbation odoriférante, des plaies ou humeurs qui d'ordinaire sente mauvais.

Dans le cas qui nous intéresse, c'est à dire les « odeurs » qu'elles fussent de sainteté ou non, mais en tous les cas, Post mortem, elles sont le plus souvent associées à des sécrétions trans-cutanées de nature grasse, huileuse, et on qualifie alors ces corps de « myroblites ».
Ces substances sont odoriférantes, elles sont suaves, bonnes, exquises, admirables, autant de qualificatifs portés au merveilleux.
Ces huiles aux propriétés admirables sortent et exsudent du corps tout entier, ou bien de parties précises et très localisées, par exemple, paume des mains, plante des pieds, seins.
D'autres fois les sécrétions sont des exsudats clairs et fluides, parfois ils sont rosés de sang.

Les plaies occasionnées à ces corps saignent abondamment d'un sang clair et vermeil. On signale quelques fois des traces de sugillations aux endroits des saintes plaies.
Toujours les corps sont souples, le teint est frais, avec une apparence de vie qui surprend les témoins.

Les odeurs en question sont souvent de nature végétale, florale plus précisément, rose, jasmin, iris, violette, cannelle, sans oublier le tabac. Elles peuvent être aussi de nature animale, musc, civette ambre, mais toujours ces odeurs sont qualifiées de « suaves » et « admirables ».
Il arrive qu'elles soient de nature indéterminée mais toujours « bonnes ».

Ces sécrétions jouent indubitablement un rôle protecteur, maintenant un certain équilibre aqueux interne, en isolant le corps d'un film gras.
Certains corps semblent ainsi réagir contre leur mort fonctionnelle ; et par là contre leur destruction organique, en mettant en oeuvre un processus physico-chimique des plus particulier, mal, sinon très peu connu.

Dès lors ces corps se mettent spontanément en un état que l'on peut qualifier, selon les travaux du Docteur Hubert Larcher, de « morts avec apparence de vie ».
Ces états sont les contraires des états pathologiques observés sur des personnes vivantes en apparence de mort. (syncopes, par exemple)

Les corps sur lesquelles on observe ces phénomènes sont le plus souvent associés à des personnages dont l'existence fut portée à l'héroïsme religieux, spirituel ou intellectuel. Il est des exceptions toutefois, où ces phénomènes sont associés à des personnes ne possédant pas ces qualités.

Si toutes les personnes ayant vécues saintement n'ont pas bénéficié à leur mort, de ces états d'incorruptibilité, il semble néanmoins prouvé que c'est dans leur population que se remarquent en majorité les états exceptionnels que nous relatons ici.

Il existe des pratiques d'auto-embaumement in-vivo où le sujet, par des jeûnes répétés, et des exercices respiratoires de type Yoguique agit sur son propre métabolisme et s'achemine ainsi, au terme d'une longue préparation à cet état de mort avec apparence de la vie, de façon lente et imperceptible.

A noter qu'il s'agit là d'une pratique consciente et volontaire et non d'un phénomène comparable à celui qui nous préoccupe ici.

Fréquemment, on a constaté chez ces personnages dont le corps est resté incorrompu et odoriférant, des phénomènes peu courant lors de leur existence.

Citons de façon non exhaustive :

Absence d'alimentation, permanente ou temporaire.
Périodes extatiques (que l'on qualifiait jadis de « ravissements ») avec parfois des phénomènes associés tels que , Lévitations, Bilocations, Stigmatisations, ainsi que des phénomènes lumineux (Transverbérations, splendeur corporelle)

Quelques fois, nous l'avons vu, c'est le lieu de sépulture qui est illuminé et parfois même odorant.

On constate également des phénomènes thermiques étonnants (Incendium amoris, Brûlures d'amour)
Également des « blessures » d'amour mystique qui laissent apparaître plaies et traumatismes qui eussent été vitaux chez d'autres sujets.

Concernant ces relations, une attitude de négation systématique, ou bien d'acceptation sans réserve, est à proscrire.

L'étude de ces phénomènes mérite de la part du médecin une prise en compte consciente et raisonnable du problème.
Paradoxalement, c'est au moment où l'on dispose d'un large éventail de connaissances de tous ordres, et que l'on peut aller très loin dans l'investigation scientifique, que ce genre de phénomènes se raréfie. (pour des raisons qu'il serait trop long d'évoquer ici)

Le prêtre devrait oeuvrer avec le médecin et le scientifique, physicien, chimiste, physiologiste.
Cela se fait, d'ailleurs, dans la discrétion de petits comités, ou bien dans le cadre des enquêtes préalables à un « procès ».
Il est à noter que l'Église elle-même observe à ces égards la plus grande réserve ainsi qu'une attitude prudente.
Mais, lorsque la « cause » est introduite, en vue d'un procédure, l'Église classe avec patience et méthode, et met en oeuvre tous les éléments de la relation, en vue de Procès à venir.
L'Église va s'entourer alors pour la circonstance, des Experts et Sapiteurs les plus éclairés dans leurs domaines. Certains procès peuvent durer jusqu'à cinquante ans.

Quelques hommes ont magistralement traité de ces sujets, en posant les base d'une réflexion prodigieuse, j'ai cité entre autres, les Docteur Hubert LARCHER, et je voudrais au travers de ces quelques lignes lui rendre l'hommage qu'il mérite.

Paul CLERC

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 18 Jan 2010 - 13:55
Statistiques
Nous avons 1197 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est f.salah

Nos membres ont posté un total de 39547 messages dans 2595 sujets